Paru dans la presse "Roche d’Oëtre : l’accueil du parc accro amélioré"

Projet d'aménagement du Parc Acro

Paru dans la presse : Ouest France - Mercredi 2 mai 2018

Après dix ans d’existence, Pont-d’Ouilly loisirs (POL) veut améliorer la qualité d’accueil du parc accro de la Roche d’Oëtre. Le site est en zone Natura 2000.

Le projet

Vendredi matin sur le site du parc accrobranche, Pont-d’Ouilly loisirs (POL) rencontrait Linda Valério, de la Direction régionale de l’environnement de l’aménagement et du logement (DREAL). Le président, Jean-Marc Plessard, le directeur, Ludovic Lecerf, le directeur adjoint, Arnaud Neveu et Thierry Raux, maire de Saint-Philbert, ont présenté leur projet d’aménagement auprès de la représentante de la DREAL.

Le parc accro est situé sur une zone classée Natura 2000. Le classement de la zone induit des contraintes en termes d’aménagement. L’objectif de Natura 2000 est de protéger la diversité biologique. Le parc accro est situé dans la commune de Saint-Philbert, d’où la présence du maire, Thierry Raux, très concerné par le site. L’aménagement actuel est sommaire avec seulement un chalet d’accueil, un espace pique-nique sans point d’eau, des toilettes sèches.

Améliorer le confort en préservant l’environnement

Ludovic Lecerf livre son argumentaire à Linda Valério. « L’association souhaite améliorer l’accueil en partenariat avec la CDC de Flers agglo et bénéficier de fonds européens. On souhaite avoir votre avis sur nos besoins en fonction de vos exigences ».

L’attrait touristique du parc explique l’implication de la CDC de Flers agglo. Le directeur présente le projet d’aménagement qui pourrait être réalisé entre novembre 2018 et Pâques 2019.

Le projet permettrait d’améliorer le confort de 15 000 visiteurs et des salariés. Les travaux concerneraient seulement la zone d’accueil. Il ne s’agit pas d’un agrandissement du parc. « Des toilettes, un espace de repos couvert, un local pour le matériel », indique Ludovic Lecerf. Le directeur insiste sur la démarche écologique de l’association : « On a un partenariat fort avec le CPIE (Centre permanent initiative et environnement Collines Normandes). On a créé un parcours pédagogique pour sensibiliser les groupes à la préservation de l’environnement. On peut préserver l’espace en accueillant du public. C’est une façon de leur faire découvrir le site ».

L’agent de la DREAL a proposé de revoir l’intégralité de l’aménagement pour déposer un dossier respectant l’ensemble des critères. « Il s’agit surtout des matériaux utilisés à intégrer dans le paysage. »

Partager cette actualité :
Retourner à la liste des actualités